Sortie du RGESN, le Référentiel Général d’Écoconception de Services Numériques

Le , par Christophe Clouzeau - Écoconception.

ARTICLE 1 sur 2 : LE COMMENT

D’ici fin 2022 est prévue la sortie publique de la version 1 du RGESN, le Référentiel Général d’Écoconception de Services Numériques. Cette officialisation fait suite à la mise à disposition de sa version ‘bêta’ disponible publiquement depuis octobre 2021. Temesis a activement participé à la co-rédaction de ce référentiel : on vous explique tout !

La genèse du RGESN

Nous sommes fin 2018, début 2019. Au sein du collectif des experts du GreenIT, Mathieu Delemme (directeur général de Ecedi et président de Temesis) et Frédéric Bordage (responsable de GreenIT.fr) évoquent la nécessité d’un référentiel d’écoconception numérique, sur le modèle de ce qui se fait déjà en accessibilité avec le RGAA (Référentiel Général d’Amélioration de l’Accessibilité). Le petit groupe de travail rencontre Vincent Courboulay et Jean-Christophe Chaussat pour agrandir le nombre de contributeurs bénévoles au sein de l’INR (Institut du Numérique Responsable).

Le chantier croît alors proportionnellement avec l’arrivée des contributeurs, à tel point qu’un chef d’orchestre opérationnel est nommé : Denis Didier. Des collèges sont formés par thématiques métiers (UX, conception, devfront, etc.) et les rendez-vous de travaux collectifs s’enchaînent.

Plus d’une centaine de bénévoles participent et les échanges réalisés en sous-groupes métiers enrichissent le référentiel durant l’année 2020. Au bout d’une année de réflexion collective, une liste de 491 critères est constituée puis bêta-testée auprès de quelques agences du numérique et des professionnels du web. Je rejoins alors Mathieu Delemme et Vincent Courboulay à la gouvernance du projet. Le “GR491” est né (GR comme Guide de Référence avec ses 491 critères de conception responsable de services numériques). Son nom de code ? le “CoRSerNum”, nom que vous avez peut-être déjà entendu pour affirmer l’idée d’une “conception responsable de service numérique”. Nous sommes en mars 2021.

Parallèlement, dès le début de la mission interministérielle en 2020 la DINUM identifie le besoin de créer un référentiel d’écoconception, socle sur lequel les concepteurs des services numériques publics pourraient se baser, comme le RGAA pour l’accessibilité.

Le constat du GR491

capture-écran du lancement du GR491, Guide de Référence de Conception Responsable de Services Numériques (8 familles, 57 recommandations, 491 critères)

image d’archive issue d’une capture-écran de la présentation de lancement interne du GR491 en mai 2021 et toujours publiée sur le site de l’INR

Cette liste de 491 critères, classés en 8 familles, est ce que nous aimons appeler “un bon gros diamant brut”. Il s’agit surtout de recommandations et de conseils qui aident les organisations à mettre en place une démarche de numérique responsable au sein de leur structure ou de leurs différents services métiers.

La DINUM demande à l’INR de partir sur la base des travaux en cours. Elle lui propose de former un consortium regroupant ainsi la DINUM (Direction INterministérielle du NUMérique), l’INR, le Ministère de la Transition Écologique et l’ADEME. Pour cela elle missionne Temesis afin de les accompagner dans les travaux d’établissement de ce référentiel qui viendra ainsi compléter le RGAA (accessibilité), le RGI (interopérabilité), le RGS (sécurité), le R2GA (gestion des archives) et le RGPD (données personnelles).

Cette mission répond également au besoin de concrétisation plus affirmée qui émerge du bêta-test du GR491 par les différents utilisateurs métiers.

Sur le terrain de l’écoconception numérique

Mai 2021, un groupe de travail composé de 4 personnes, 2 de la DINUM et 2 de Temesis, réalise alors le taillage du beau diamant brut. Concrètement, nous reprenons l’ensemble des critères du GR491, qui évoluent vers 498 critères au fil des améliorations continues. Cette base permet de déterminer si chaque critère est applicable et mesurable immédiatement par un professionnel du web. L’objectif opérationnel est de pouvoir réaliser des audits d’écoconception des services numériques.

Une fois sélectionné, chaque critère est réécrit sous la forme interrogative commençant par “Le service numérique … ?”. Cette approche rédactionnelle permet aux futurs professionnels du numérique de se poser la question directement selon leur métier.

Pour faciliter les tâches de sélection, de réflexion et de réécriture, Aurélien Levy, Directeur de Temesis, apporte une véritable plus-value grâce à son expérience dans la co-réalisation du RGAA.

Ce travail est co-piloté par la DINUM et des séances de relecture collective sont menées régulièrement avec le consortium afin de valider l’avancée de la mission.

La classification thématique du GR491 est donc héritée par le futur RGESN, Référentiel Général d’Écoconception de Services Numériques :

  1. Stratégie
  2. Spécifications
  3. Architecture
  4. UX/UI
  5. Contenus
  6. Frontend
  7. Backend
  8. Hébergement

Les objectifs des critères du RGESN

À la différence du GR491, portant sur des critères d’organisation générale dans le cadre d’une démarche numérique responsable (selon les 3 piliers People, Planet, Prosperity), le RGESN est un référentiel dont les critères sont axés sur l’environnement : il cherche à réduire drastiquement la consommation de matériel informatique ainsi que de ressources informatiques et énergétiques. Par conséquent, il vise à réduire l’obsolescence des équipements (équipements utilisateurs, réseaux ou serveurs). Cette orientation a notamment servi de fil conducteur lors de la réflexion de fond durant les échanges sur chaque critère.

Comme pour le RGAA, tout professionnel du web peut simplement attendre que son service numérique soit audité à la livraison, ou, bien au contraire, anticiper en lisant le référentiel avant de débuter son travail. C’est en lisant les règles du jeu que l’on apprend à bien jouer, tout au moins à cerner l’environnement du jeu. Ce RGESN est ainsi un moyen de rendre les services numériques moins impactants sur l’environnement. Il permet de sensibiliser, de former et surtout de produire des projets numériques en réduisant leur empreinte environnementale.

Lancez tout !

Le 14 octobre 2021, le GR491, totalisant 498 critères, est publiquement dévoilé par l’INR comme “Guide de Référence de conception responsable de services numériques”, accompagné de son site internet officiel réalisé par Rémy Marrone : https://gr491.isit-europe.org/

Le 19 octobre, c’est au tour de la DINUM d’officialiser le lancement de la consultation publique du RGESN en version bêta, à travers une page web dédiée : https://ecoresponsable.numerique.gouv.fr/publications/referentiel-general-ecoconception/ Les contributions publiques sont alors agrégées et discutées afin d’enrichir chaque critère.

capture-écran du lancement du RGESN version beta le 19 octobre 2021

image d’archive issue d’une capture-écran de la présentation effectuée le 19 octobre 2021 et publiée sur Twitter

À ce jour, c’est-à-dire une année plus tard, les 79 critères proposés en version bêta sont maintenus pour la version 1 à venir. Leurs dénominations, leurs objectifs ou leurs moyens de contrôle sont parfois reformulés afin de simplement gagner en compréhension.

À quoi sert le RGESN ?

Tout d’abord, à QUI ? Le référentiel sert à la collectivité, en ciblant l’ensemble des professionnels du numérique (décideurs, concepteurs, opérationnels, commanditaires). Sa conception est ancrée dans le cadre de la mission interministérielle numérique écoresponsable (MiNumEco) de l’État, ce qui lui donne un cadre légitime et officiel.

Concrètement, son ambition de départ est respectée puisque des audits RGESN de services numériques sont possibles. Chez Temesis, en plus de notre activité d’audit RGAA ou de conformité au RGPD, nous avons déjà accompli 6 audits RGESN de service numérique depuis le début de l’année 2022 sur la version bêta. Les premiers services audités ont ainsi contribué à valider l’approche pragmatique du référentiel. Et de notre côté nous tenons notre petit classement de conformité !

N’oublions pas que nos ressources planétaires ne sont pas illimitées et qu’il est urgent d’agir. Nous observons déjà les dégâts écologiques provoqués par nos modes de vie modernes ultra-connectés. Si nous avons pris conscience d’une problématique majeure concernant nos impacts humains, tout reste à faire pour contribuer à un monde moins détruit. L’écoconception numérique est justement une démarche d’amélioration continue en adéquation avec les impératifs de sobriété qui pèsent sur notre société.

Alors, pourquoi prendre connaissance de ce référentiel ? Comment appliquer et comment réaliser des audits du RGESN ? Nous le voyons dans l’article suivant de Julien Wilhelm “Valider une démarche d’écoconception avec le RGESN ?”.