Retour sur l'examen CPACC de l’IAAP

Le , par Biljana Michel - Accessibilité

Avertissement : cet article a été publié en 2023. Son contenu n'est peut-être plus d'actualité.

Au début du mois mai, j’ai finalement pu cocher un objectif assez important sur ma liste, en obtenant la certification CPACC de l’IAAP ! Après vous avoir effrayés avec ces sigles barbares, dans la suite de ce texte, je vais vous expliquer plus en détail ce qu’est l’IAAP, ce qu’est la certification CPACC et je partagerai mon retour d’expérience pour cet examen.

C’est quoi l’IAAP ?

L’IAAP (en anglais International Association of Accessibility Professionals) est l’Association Internationale des Professionnels de l’Accessibilité. L’IAAP soutient les organisations et les professionnels de l’accessibilité avec des formations, des certifications et du réseautage. 

En 2016, l’IAAP a été intégrée à la Global ICT Inclusion Initiative (G3ict)

G3ict est une initiative de plaidoyer lancée en décembre 2006 par l’Alliance Mondiale des Nations Unies pour les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) et leur développement, pour soutenir les implications de la Convention Relative aux Droits des Personnes Handicapées (CRDPH). 

C’est quoi le certificat CPACC ?

Le CPACC (en anglais Certified Professional in Accessibility Core Competencies) est la certification fondamentale de l’IAAP représentant une connaissance conceptuelle large et interdisciplinaire sur les sujets suivants : 

  • Handicaps, Défis et Technologies d’assistance
  • Accessibilité et Conception universelle (Universal Design)
  • Normes, lois et stratégies de gestion liées à l’accessibilité

Quelles sont les conditions préalables pour passer l’examen ?

Le CPACC est une certification fondamentale qui nécessite un (1) an d’expérience en accessibilité ou un rôle avec une certaine responsabilité en matière d’accessibilité. 

Quand j’ai postulé, moi, j’avais moins d’un an d’expérience professionnelle en tant qu’expert en accessibilité, mais j’ai justifié ma demande par mes 6 ans d’expérience en tant que développeuse web.

Qu’est-ce qui m’a motivée à préparer cet examen ?

Après avoir découvert pour la première fois l’accessibilité web lors de KiwiParty à Lyon 2017, j’ai commencé à me documenter et à apprendre beaucoup sur ce sujet. J’ai même suivi des cours et je croyais en savoir beaucoup. Une fois que j’ai lu le Corpus de connaissance CPACC, j’ai réalisé qu’il y a beaucoup de connaissances basiques que je n’avais jamais acquises.

En outre, ma vie s’est toujours déroulée dans plusieurs pays à la fois, et le côté international de l’association est un aspect qui m’a attiré fortement. Passer l’examen en anglais était un défi personnel pour moi. Et enfin, j’ai voulu utiliser le certificat pour faire taire (ou au moins calmer pendant un moment) la voix de l’imposteur qui résonne en moi.

Comment ai-je préparé l’examen ?

Le document principal pour préparer l’examen est le Corpus de connaissance CPACC (en anglais CPACC Body of Knowledge, PDF 4.9ko, s’ouvre dans une nouvelle fenêtre). 

Ce document contient du contenu à apprendre, mais également de nombreux liens où vous pouvez trouver des informations supplémentaires sur les différents sujets.

La deuxième ressource que j’ai utilisée pour me préparer est le cours de préparation au CPACC de l’Université de Princeton qui, au moment de la rédaction, est gratuit pour les membres de l’IAAP. 

L’IAAP recommande deux autres cours de préparation (payants) : 

De plus, il existe d’autres organismes qui proposent des formations pour préparer l’examen, comme par exemple : Axess Lab.

Un autre outil très utile que j’ai utilisé beaucoup après l’avoir découvert dans l’article de Steven Woodson est l’application Anki. Cette application vous permet de préparer des cartes flash. Vous pourrez ensuite étudier avec sur votre ordinateur ou votre téléphone chaque fois que vous avez un peu de temps libre (attente en magasin, chez le médecin, dans les transports etc). J’ai d’ailleurs trouvé que le simple fait de créer les cartes flash est à la fin aussi utile que de les étudier.

Combien ai-je étudié ?

Il est difficile de donner des informations précises sur le temps nécessaire pour préparer l’examen car tout est propre à chacun. La recommandation de l’IAAP est de passer cinq (5) à dix (10) heures par semaine pendant six (6) à huit (8) semaines. 

Personnellement, j’ai commencé à me préparer en octobre 2022 et j’ai passé l’examen à la session mars-avril 2023. Deux points sont à prendre en considération :

  • Je ne postule pas aux examens si je ne suis pas sûre à 100% de réussir
  • Je n’étudiais que les soirs et les week-ends

J’ai aussi participé à un groupe d’étude formé via la plate-forme IAAP. Nous nous rencontrions pendant une heure, tous les vendredis jusqu’à début décembre. Tous les membres du groupe ont passé leur examen en décembre et l’ont réussi.

Que faire lorsque vous êtes prêt à passer l’examen ?

Pour réussir l’examen, vous devez d’abord postuler, cela va de soi. Il y a des sessions d’examens tout au long de l’année. Une fois la session de votre choix ouverte, il y aura un lien sur le site internet de l’IAAP pour y postuler. L’IAAP communique les dates d’ouverture de la session dans sa newsletter ou sur ses pages de réseaux sociaux.

Où passer l’examen ?

L’IAAP propose différentes manières de passer l’examen : 

  • en ligne avec surveillance à distance - avec Kryterion 
  • dans un centre de test - avec Kryterion
  • examens surveillés en privé
  • pendant une session spécifique d’examen hébergée (pour le compte d’une organisation particulière ou dans le cadre d’un événement particulier)

La liste complète, avec une explication détaillée de comment et où vous pouvez passer l’examen, peut être trouvée sur la page IAAP Exam Locations and Options

Ce que j’ai trouvé le plus pratique, ce sont les centres de test Kryterion qui sont présents dans 120 pays et plus de 1 000 centres de test dans le monde.

J’ai passé mon examen au Centre d’examen Kryterion à Lyon. La liste complète peut être trouvée en utilisant le localisateur de centre de test Kryterion.

Que se passe-t-il le jour J ?

Du stress, beaucoup de stress 😀.

Lorsque vous vous inscrivez à un examen, vous recevez un e-mail de Kryterion. L’e-mail contient votre code d’examen, vous devez donc imprimer cet e-mail et l’apporter avec vous. Pour prouver votre identité, vous aurez besoin de deux documents avec photo : par exemple : votre carte d’identité ou votre passeport et votre permis de conduire ou votre carte vitale).

Avant l’examen, vous devrez vous séparer de tous vos effets personnels (téléphone mobile également !) qui seront enfermés dans un coffre-fort. Ils vous en donnent bien sûr la clé.

Le test se présente sous forme de questions avec 4 réponses proposées. Une seule réponse est correcte. 100 questions au total. Les questions ne requièrent pas d’utiliser et d‘appliquer uniquement ce que vous avez appris. Ce sont plutôt des “exemples concrets de situations ou de problèmes” où vous devez trouver la meilleure solution parmi 4 proposées.

Les questions pour lesquelles vous n’êtes pas sûrs de la réponse, vous pouvez les noter pour révision pour y revenir plus tard. Les questions auxquelles vous ne parvenez pas à répondre, vous pouvez les laisser sans réponse, elles ne seront pas comptabilisées comme des points négatifs. 

Comme l’anglais n’est pas ma première langue, j’avais 3 heures (au lieu de 2) pour faire le test. C’était largement suffisant. Même avec l’alarme incendie qui s’est déclenchée 3 fois, je n’ai pas paniqué.

Combien de temps pour obtenir les résultats ?

Vous n’obtenez pas vos résultats immédiatement. Les résultats de l’examen CCAPC seront envoyés par e-mail aux candidats dans les quatre (4) à six (6) semaines suivant la clôture de votre session d’examen. La raison derrière ce délai est que l’IAAP utilise la Méthode d’Angoff modifiée pour évaluer votre résultat.

La méthode Angoff repose sur des experts en la matière qui examinent le contenu de chaque question d’examen, puis prédisent combien de candidats peu qualifiés répondent correctement à l’item.

Ils examinent également les commentaires des candidats sur les questions et les réponses de l’examen, ainsi que les performances sur chaque question. Si les commentaires ou les performances indiquent un problème avec la question ou les réponses, ils ajustent la notation en conséquence.

Et après ?

Une fois que vous avez réussi l’examen et obtenu votre certification, elle est valable trois (3) ans. Il peut être renouvelé en obtenant des crédits d’accessibilité à la formation continue (CAEC) par le biais du développement professionnel ou du partage de vos connaissances. Cela signifie que vous devrez également continuer à étudier et à partager vos connaissances acquises sur l’accessibilité avec les autres.

Conclusion

La vérité est qu’il faut beaucoup de temps et d’efforts pour réussir l’examen, mais je trouve que cela en vaut la peine. J’ai appris beaucoup de choses que je n’aurais jamais apprises par moi-même, comme la conception universelle (pour le monde numérique et physique) et la conception universelle pour l’apprentissage. En outre, j’ai approfondi ma connaissance sur différents types de lois existantes sur l’accessibilité en Europe ainsi que dans d’autres pays. J’ai appris beaucoup sur l’histoire et les gens derrière ces lois, ce qui aide à mieux les comprendre. 

Au cours du processus d’étude, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes intéressantes de différentes parties du monde.

En guise de réflexion finale, j’énonce la chose la plus importante que ce cours m’a apprise: qui sont les gens pour qui nous faisons notre travail quotidien en tant qu’experte en accessibilité web.